Vous êtes seul sur votre marché ? Ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle : cela veut dire qu’il n’y a pas de marché. La veille concurrentielle permet de voir ce que font ses concurrents, en bien et de s’en inspirer.

Je ne vais pas vous expliquer ce qu’est la concurrence, 1001 Startup le fait très bien dans un article intitulé « Et si on arrêtait de dire qu’on n’a pas de concurrence ! »

Je vais vous dire comment organiser votre veille concurrentielle.

Les différents types d’informations disponibles

Parmi toutes les informations disponibles, en ligne et hors ligne, on en distingue habituellement 3 types.

1. Les informations blanches

Ces informations sont celles qui sont publiques, diffusées sur les sites internet de vos concurrents, des chambres de commerce, les blogs d’experts, sur wikipédia

Ces informations sont donc faciles à trouver et à exploiter. Il ne faut surtout pas s’en priver. L’inconvénient, c’est que tout le monde sur le marché les a et les exploite.

2. Les informations grises

informations disponiblesLes informations grises sont des informations plus difficiles à trouver et dont la découverte est légale. Ces informations peuvent vous être données par vos clients qui par exemple ont également sollicité un ou plusieurs de vos concurrents. Écoutez vos clients, ils sont une mine d’or d’informations sur vos clients ! Les salons et colloques sont aussi des lieux propices pour glaner ce type d’informations.

Ces informations peuvent également être récoltées en entendant  des conversations dans des lieux publics : files d’attentes, cafés, restaurants… Les trains et plus particulièrement les wagons bar sont des lieux où il est très facile de trouver des informations confidentielles : les passagers parlent en effet souvent avec leurs collègues de leur travail sans prêter attention au fait qu’ils peuvent être entendu par des concurrents : il arrive que des passagers rédigent quasi sous vos yeux leur business plan – histoire vécue…

Ces informations sont bien sûr librement exploitables. N’oubliez pas de les recouper avec les informations blanches

3. Les informations noires

Il s’agit des informations volées ou obtenues de manière déloyale. Cela concerne le vol de documents, le piratage de serveurs web voire l’invitation des salariés de concurrents à des entretiens d’embauche à la seule fin d’obtenir des informations sur leurs employeurs.

Où chercher les informations pour organiser sa veille concurrentielle ?

Trouver les informations pertinentes est facile si on sait où et comment les chercher. Les sources d’informations sont multiples que ce soit dans le monde physique ou en ligne. Les premières personnes à solliciter sont vos clients.

1. Vos clients et prospects

trouver des informationsQue ce soit un client habituel ou un prospect, il est important de discuter avec lui. Il y a fort à parier que ce dernier à solliciter l’un de vos concurrents. Posez-lui la question de savoir quels sont les critères importants dans son choix et notamment les différences entre sa perception de vos produits en comparaison avec les produits de vos concurrents.

Si vous faites affaire avec votre client, demandez lui s’il peut vous donner les devis de vos concurrents. Il est tout à fait possible qu’il vous les remette.

Vous pouvez également jouer au client mystère pour voir comment travaillent vos concurrents. Ces clients mystères sont à utiliser en ligne mais également directement dans les points de vente de vos concurrents.

2. Les salariés et anciens salariés de vos concurrents

Les salariés et anciens salariés de vos concurrents sont une source importante d’informations sur vos concurrents. Vous pouvez rencontrer les salariés de vos concurrents sur les salons.

Certaines entreprises vont jusqu’à organiser des entretiens de recrutement dont la seule finalité est de recueillir des informations fraîches sur leurs concurrents. Il n’est pas rare non plus que les commerciaux partent avec, sur une clé USB, l’ensemble du fichier clients. Cette pratique est bien sûr illégale mais une fois que le mal est fait, il est difficile de le réparer.

Les stagiaires et anciens stagiaires sont également des sources d’informations utiles. Ils ne sont pas, en principe, au courant des informations les plus importantes mais ils sont moins aguerris que les salariés sur les questions de confidentialité.

3. L’information diffusée par vos concurrents

Quoi de plus facile que de lire ce que diffusent en ligne, en libre accès, vos concurrents ? Vos concurrents ont sûrement :

  • des sites internet,
  • des blogs,
  • des comptes sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook notamment,
  • une ou plusieurs newsletters.

Trouvez-les pour voir ce qu’ils disent !

Vous n’avez pas le temps d’y aller tous les jours et ce n’est pas pertinent ? Rien de plus simple : pour connaître les changements intervenus sur un site, il existe des plugins pour Firefox et Chrome  :

Avis Clients

Les sites d’avis ne sont pas à négliger pour  trouver des informations intéressantes. C’est le cas par exemple de TripAdvisor où il est facile, pour un restaurant ou un lieu de loisir de voir ce que pensent les clients des produits de ses concurrents.

N’oubliez pas non plus de vous rendre sur les forums de discussion où vos produits peuvent être critiqués par vos clients, voire dénigrés par vos concurrents. Les produits de vos concurrents subissent bien sûr le même traitement. Cela peut être une source d’inspiration pour améliorer vos produits mais également votre communication.

Vous pouvez également utiliser des services comme Similar Site Search pour trouver des idées et élargir votre horizon. N’oubliez pas Archive.org pour voir les versions précédentes de sites internet.

4. Les informations diffusées par la presse spécialisée

Vos concurrents ne sont pas les seuls à diffuser de l’information les concernant. Le sites d’informations spécialisées diffusent également des informations intéressantes pour vous.

Les CCI, les clubs d’entreprises, les salons sont aussi de bonnes sources d’informations.

Ces informations sont le plus souvent génériques mais restent quand même intéressantes. Ne vous abonnez pas à trop de newsletters ou de magazines : trop d’informations tue l’information.

5. Le BOPI

Le BOPI est un bulletin officiel diffusé par l’INPI. Pourquoi inclure cette source dans votre veille concurrentielle ? Simplement parce que si l’un de vos concurrents décide de lancer un nouveau produit il va sans doute déposer une marque avant de le faire. L’INPI dispose un site internet permettant d’interroger sa base de marques.

Il est également possible que l’un de vos concurrents veuille protéger la forme de son nouveau produit. Il déposera donc un dessin et modèle. Comme pour les marques, l’INPI gère une base de données en ligne sur les dessins et modèles.

Enfin, comme pour les marques, dessins et modèles, l’INPI gère une base de données sur les brevets. En fonction de votre domaine d’activité, une veille sur cette base pourra s’avérer intéressante !

6. Le registre du commerce et des sociétés

Consulter ce registre du commerce et des société permet de connaître des informations importantes sur vos concurrents : qui dirige officiellement la société de votre concurrent, quels sont son bilan et son compte d’exploitation.

Ces informations sont si critiques que beaucoup d’entreprises choisissent de ne pas publier leurs compte et encourir une amende.

Des sites comme Société.com ou Infogreffe permettent d’obtenir les bonnes informations.

Quels outils utiliser pour organiser votre veille concurrentielle ?

Il y a une multitude d’outils gratuits disponibles en ligne pour vous aider à organiser votre veille.

1. Google Alert

Google Alert est un service proposé par Google. Il vous permet de programmer la réception d’e-mail quand du contenu susceptible de vous intéresser est publié et référencé sur le web.

Ce service permet de régler la fréquence  de réception, les sources, la langue, la région et le nombre de résultats à recevoir.

Cet outil est une base mais ce n’est pas suffisant pour une veille totalement efficace.

2. Les logiciels de SEO

Il est possible d’utiliser les services comme Google Adwords pour compléter votre veille concurrentielle. SEM Rush est un outil qui vous pouvez également utiliser.

Ces différents outils permettent de surveiller vos concurrents et analyser vos forces & faiblesses vis-à-vis d’eux.

3. Netvibes

Netvibes est un service qui permet de centraliser les flux RSS en provenance des sites web, blogs de vos concurrents, de la presse spécialisée.

 

surveiller-reseaux-sociaux4. Les clients Twitter

Un outil comme Hootsuite permet outre de suivre les comptes Twitter de vos concurrents mais aussi de mettre en place un filtrage des tweets par mots-clés et par langue. Ces filtres sont utiles, sous peine d’être rapidement noyé sous le flux d’informations inexploitables.

 

Ayez une « vision marché » de la concurrence

Je vous recommande de ne pas vous contenter de surveiller vos seuls concurrents directs mais d’avoir une vision plus générale. Intéressez vous non seulement à vos concurrents mais aussi au marché de façon globale.

Par exemple, les concurrents d’un avocat ne sont pas seulement ses confrères mais également les experts-comptables, les plateformes en ligne où les entreprises peuvent trouver des conseils juridiques à moindre coût.

La question que vous devez vous posez est la suivante : qui répond aux mêmes problèmes de mes clients ? Il est probable que des entreprises que vous ne voyez pas comme des concurrents directs visent le même marché que le vôtre et sont, de facto, des concurrents potentiels !

Et vous, comment gérez-vous votre veille concurrentielle ?

Organiser sa veille concurrentielle

One thought on “Organiser sa veille concurrentielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *